- eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?
- j'aime les nuages ... les nuages qui passent ... là-bas ... là-bas ... les merveilleux nuages !



charles baudelaire, petits poème en prose (le spleen de paris)










Comentários

Postagens mais visitadas